La prochaine promo de Komuno démarre le 30 janvier, les inscriptions sont ouvertes !

Méga communauté : pourquoi ce n’est pas toujours une bonne idée ?

On vous explique pourquoi une méga communauté n’est pas toujours une bonne idée, et comment recentrer votre proposition de valeur...

Noémie Kempf
11/10/2022
7 min de lecture
Photo de profil de Laure Gutierrez ecosystem manager de RAISESHERPAS
https://komuno.club/blog/creer-mega-communaute-mauvaise-idee

Au secours, ma communauté est devenue trop grosse ! Créer une méga communauté, c’est un peu un problème de chanceux que beaucoup de Community Builders ont du mal à anticiper. Parfois, il arrive que la communauté grandisse trop rapidement  pour les équipes qui lui sont dédiées. 

Mais au-delà du risque de développement ultra-rapide, les méga communautés ne sont pas forcément une bonne idée... 

Pour comprendre pourquoi la quantité ne fait pas la qualité, notre équipe a organisé un webinaire avec l’Ecosystem Manager de RAISESHERPAS, Laure Gutierrez. Elle nous explique pourquoi voir son nombre de membres grimper trop vite n’est pas forcément une bonne nouvelle. Et surtout, comment y remédier pour renforcer la valeur de sa communauté !

Le paradoxe des méga communautés

Lorsqu’elle arrive en tant qu’Ecosystem manager chez RAISESHERPAS, Laure n’a pas vraiment à se poser la question de l'acquisition de nouveaux membres. 

Elle anime en effet la communauté de l’accélérateur philanthropique et généraliste dédié aux startups françaises en post amorçage. Parmi ses membres, on retrouve déjà des entreprises très différentes, de Mon Petit Gazon en passant par ManoMano ou encore Staycation.  RAISESHERPAS leur propose un accompagnement qui peut prendre la forme de mentorat, de workshops ou de coaching one to one. 

Tout l’enjeu de cette communauté qui existe déjà depuis 2015, c’est que sa proposition de valeur (l'accompagnement), n’est pas limitée dans le temps. Les startups qui entrent ne sont donc pas amenées à en sortir, et leur nombre grossit automatiquement. En 2022, elles sont plus de 450, à raison de 4 nouvelles arrivantes par semaine. Parmi ces 450 startups, 120 font partie de la catégorie des lauréates, à qui un prêt à été accordé. Certaines sont également devenues des alumnis, trop grosses pour être intéressées par un accompagnement classique. 

Pour s’occuper de tout ce petit monde, il n’y a que 2 personnes en opérationnel (Laure pour l'animation, et une autre personne pour l’accompagnement). Plus la communauté devient grande, plus l’équipe est submergée. Tout le monde se retrouve sur le même Slack, sans pour autant se trouver au même stade de maturité. Le problème de la sur-croissance pointe le bout de son nez…

Comment maintenir sa proposition de valeur dans un contexte d’hyper croissance ?

Or, la proposition de valeur de RAISESHERPAS est justement de devenir un tiers de confiance. La communauté assure le matching avec des mentors, le partage de ressources, l’organisation d’évènements, etc. Un travail très humain, qui nécessite de bien connaître la situation et les besoins de chaque startup. 

A son arrivée, Laure a également pour mission de développer des canaux de communication indépendants du groupe RAISE. Elle lance donc un compte sur Medium, une newsletter, un podcast, et des rendez-vous (physiques ou digitaux) hebdomadaires. Ca fait beaucoup de choses, surtout lorsque l’on s’adresse à une communauté de startupers déjà bien occupée. La qualité de l’accompagnement finit par en pâtir. 

Pour redresser la barre, et renforcer sa proposition de valeur, RAISESHERPAS va investir trois chantiers : 

  • Se concentrer sur les lauréats. Ce sont les membres que Laure connaît le mieux et qui ont le plus d'attachement à la communauté ;
  • Segmenter sa communauté. Plutôt que de s’adresser aux fondateurs (qui manquent de temps), Laure va cibler les C-levels (VP product, marketing, etc.). Elle différencie également les alumnis (qui cherchent moins un accompagnement que des opportunités de mentorer d’autres startups). Son prochain gros projet sera de lancer une communauté d’ambassadeurs ;
  • Créer un processus d’onboarding aux petits oignons. Laure s’assure de pouvoir échanger au moins 20 minutes de vive voix avec ses nouveaux membres. C’est le seul moyen de réellement connaître les sujets qui les animent et de leur offrir un accompagnement pertinent.

Ne pas tirer d’hypothèse sur ce que recherchent ses membres

Un autre écueil qui a encouragé Laure à prendre du recul, et à rétropédaler dans l’hyper-croissance de sa communauté, ce fut le petit fail de sa stratégie de segmentation. 

Lorsqu’elle décide de réorienter son accompagnement sur les C-level et de créer des micro-communautés, elle formule trois hypothèses : 

  • La valeur ajoutée de sa communauté est d’organiser des évènements avec des intervenants cool. Par exemple le VP Produit d’une licorne ;
  • Ses membres souhaitent rejoindre des clubs dédiés à leur verticale ;
  • Les événements physiques sont plutôt réservés aux métiers qui sont dans le contact humain (et donc pas trop la tasse de thé des développeurs). 

A partir de ces trois hypothèses, elle va lancer ses sous-communautés. Mais ses membres ne réagissent pas autant qu’espéré, alors même qu’ils avaient partagé leur enthousiasme à l’idée de pouvoir rejoindre des clubs. Laure se rend compte que quelque chose ne va pas et décide de rembobiner. Elle prend le temps de contacter directement 50 % de ses membres pour comprendre leur besoin. 

C’est un peu la logique du Do Things that Don’t scale de Paul Graham (le fondateur de Y Combinator). L’idée, c’est de prendre le temps de mettre des choses en place manuellement plutôt que de vouloir à tout prix tout automatiser pour booster son développement. 

Ce rétropédalage lui permet de comprendre que : 

  • Ses membres ont déjà accès à des intervenants prestigieux via les conférences qui inondent YouTube ; 
  • Des groupes Slack spécialisés existent déjà ; 
  • Les développeurs ont plutôt envie de se rencontrer en physique que de chatter en ligne. 

Bref, elle a fait fausse route sur tous les plans !

Faire remonter de la data pour dégager la véritable valeur ajoutée de sa communauté

Plutôt que d’imaginer comprendre les besoins de ses membres, Laure a donc réalisé qu’il n’y a pas mieux que de remonter à la source. Le meilleur moyen de collecter de la data, ce n’est pas d’automatiser des formulaires via Airtable. Tout le monde s’en est lassé, et le peu de personnes qui y répondront le font en général à la va-vite. 

Sa stratégie a plutôt consisté à échantillonner sa communauté pour formuler de nouvelles hypothèses, plus pertinentes. Elle les a ensuite validées auprès du reste de sa communauté via des outils de feedback. L'automatisation vient donc en second plan. 

Résultat : Laure a pu dégager la vraie valeur ajoutée de sa communauté. En l'occurrence, ses membres souhaitent pouvoir se retrouver entre pairs et échanger sur un sujet précis en physique. Ils n’ont ni besoin de ressources ni de pouvoir accéder à des intervenants,  mais d’opportunités de networking conviviales. 

Community Builders : ne pas hésiter à revoir sa stratégie

Le conseil que donne Laure aux Community Builders est donc de ne pas hésiter à revoir leur stratégie communautaire quand ils sont sous l’eau. 

Lancer et animer des communautés est un métier humain. Quand on n’a plus le temps de connaître chacun de ses membres (leurs besoins, contraintes, leur caractère), c’est qu’il y a un problème. 

Le Community Building n’est pas non plus un métier automatisable à 100 %. Quand on arrive au stade de méga communauté et que l’on croule sous les sollicitations, c’est qu’il est temps de faire marche arrière. Et de recentrer sa proposition de valeur sur des membres au nombre plus restreint, mais aussi plus engagés et que l’on peut réellement aider. 

Une fois ce travail de segmentation réalisé, vous pourrez parfaitement automatiser ce qui peut l’être. Laure va par exemple le faire pour les feedbacks et la mise en relation avec Airtable et Notion. L’idée est de réserver l'option de l’automatisation aux activités chronophages, et qui n’ont pas de réelle valeur ajoutée humaine.

Partager cet article
https://komuno.club/blog/creer-mega-communaute-mauvaise-idee
Photo de profil de Noémie Kempf
Noémie Kempf
Content Strategist
RECEVEZ LES MEILLEURES RESSOURCES DIRECTEMENT PAR MAIL
En cliquant sur “Accepter”, vous acceptez que des cookies soient stockés sur votre appareil afin d'améliorer la navigation sur le site, d'analyser son utilisation et de contribuer à nos efforts de marketing.