La prochaine promo de Komuno démarre le 30 janvier, les inscriptions sont ouvertes !

Développer une communauté : les bonnes pratiques de Chilowé

Pauline Le Vexier, Community Builder chez Chilowé, partage ses tips pour faire grandir sa communauté de marque et s’initier au User Generated Content.

Noémie Kempf
8/7/2022
3 min de lecture
Photo de profil de Pauline Le Vexier, responsable de la communauté de l'entreprise Chilowé
https://komuno.club/blog/bonnes-pratiques-chilowe

Échanger avec Pauline Le Vexier, responsable Marketing et Community Builder chez Chilowé depuis maintenant 2 ans, c’est un peu comme se brancher à une base de données dédiée aux communautés. 


Son parcours professionnel l’a amenée à découvrir de nombreuses bonnes pratiques sur la création et l’animation d’un média communautaire. Au cours d’une interview donnée à Komuno, elle distille les exemples et cas d’usage qui permettent de mieux comprendre pourquoi et comment s’investir dans la création d’une communauté


On vous propose donc de découvrir ses bons conseils, en particulier l’importance du lâcher prise dans la gestion d’une communauté, et le rôle des ambassadeurs pour la faire prospérer. C’est parti !


Pourquoi créer sa communauté ? L’exemple de Chilowé


Créer une communauté, c’est avant tout fédérer un groupe de personnes qui partagent un intérêt, une passion, voire une problématique commune. Quelle que soit votre niche, c’est aussi un formidable outil pour apporter de la valeur à vos clients. 


Pauline cite l’exemple de la marque Francine. S’il ne paraissait pas évident de faire émerger une communauté autour de la farine, l’entreprise a eu le bon réflexe de s’inspirer des échanges initiés sur son forum. Inspirée par les conversations entre clientes et leus partages de recettes spontanés, la marque France a ainsi décidé de créer une communauté organique, principalement dédiée au partage de conseils sur la préparation de pain maison. En se concentrant sur leur principal centre d’intérêt, elle a su offrir plus de valeur à ses clients ! 


Avant de se lancer, il est donc important de réfléchir aux problématiques que rencontrent vos futurs membres. L’objectif ? Répondre à un besoin, aussi niché soit-il, sur lequel vous pourrez apporter une réelle valeur ajoutée ! 


Chez Chilowé, cette niche s’est révélée être celle des micro-aventures. Ses fondateurs, Ferdinand et Thibaut, souhaitaient à l’origine créer une marque d’équipements outdoors. Pour lancer et accompagner cette marque, ils ont notamment commencé à créer un contenu qui pourrait encourager leur persona à s’initier aux activités en plein air. Leur communauté se fédÈre donc progressivement autour d’un blog et d’une newsletter dans lesquels ils partagent des itinéraires en France, et autres bons plans pour “crapahuter dans la nature". 

Groupe de personnes appartenant à la communauté Chilowé
Chez Chilowé, tous les prétextes sont bons pour partir à l'aventure !


Les prérequis pour donner vie à une communauté


Une fois que l’on a trouvé son Why, il faut poser des bases solides sur lesquelles construire et consolider sa communauté. Pour Pauline, le premier pré requis consiste à créer une image, une personnalité unique pour se distinguer. Afin de créer de l’engagement, il ne faut pas avoir peur de ne pas plaire à tout le monde ! Attention, donc, à ne pas tomber dans la facilité d’un contenu trop lisse ou normé. Chilowé a ainsi développé un ton décalé et facilement identifiable, qui lui a permis de se distinguer rapidement. 


Pour créer un sentiment d'appartenance dans une communauté, il faut aussi servir les intérêts individuels de ses membres. C’est ce qui permet de rester authentique, et de ne pas lasser ou décevoir sa communauté. Pour Chilowé, avant de vendre ses services ou produits, il fallait ainsi “apprivoiser” ses futurs utilisateurs. Et ce, notamment en les inspirant, en leur partageant des informations pratiques sur la micro-aventure... Ou encore, en créant des liens et des synergies entre les membres qui cherchaient des co équipiers avec qui partir à l’aventure !


Une communauté a également besoin de cadre pour prospérer. À commencer par des éléments identifiables, qui matérialisent ses valeurs. Chilowé donne ainsi des noms d’animaux à tous ses contributeurs, afin de rappeler l’esprit de la communauté. Pauline est ainsi Pie Vagabonde, un totem choisi en fonction de ses initiales. Ferdinand et Thibaut, les cofondateurs, sont eux connus sous les petits noms de Castor et Toucan. Le contenu partagé au sein de la communauté reprend également la scénographie marine, afin d’imprégner ses membres de l’univers de la marque. 

Portrait de Ferdinand et Thibaut, fondateurs de la communauté Chilowé
Ferdinand & Thibaut, aka Castor et Toucan, co-fondateurs de Chilowé


Même si elle existe en ligne, la communauté aura également besoin d’opportunités réelles de se rencontrer. Chilowé a ainsi organisé de nombreux apéros, et même un festival en septembre dernier. Dans ce cadre, le Community Builder est un élément essentiel pour assurer que les échanges offline se passent bien !

groupe de personnes de dos entrant dans un festival
Ça se bouscule au portillon de l'entrée du festival Chilowé !


Accepter le lâcher prise dans sa stratégie communautaire


Un conseil précieux que nous a partagé Pauline sur l’animation de sa communauté, c’est le lâcher prise. Un réflexe qui peut sembler contre-intuitif pour les Community Builder, à qui l’on répète que la discipline (notamment dans la fréquence de publication) est indispensable pour créer de l’engagement et faire grimper son nombre de membres. 


En réalité, ne pas tout maîtriser est au cœur même du fonctionnement de certaines communautés. C’est même le moteur de stratégies communautaires qui se sont révélées payantes, comme celle de l’UGC (pour User Generated Content). Une voie empruntée par Chilowé, qui confie ainsi à ses membres le partage et la rédaction de nouvelles micro aventures. L’UGC a permis au média d’apporter toujours plus de valeur à sa communauté, mais aussi d’offrir une forme de reconnaissance sociale à ses membres, en les mettant en avant.


Ce lâcher prise a aussi permis à la marque d’identifier de nouveaux canaux communautaires, et même de nouveaux services. Dès les débuts de l’aventure Chilowé, des groupes Facebook se sont créés, notamment à Paris et à Lyon, pour faciliter les aventures collectives. Une initiative partie de la communauté, qui a fait remonter un besoin jusque-là ignoré (celui de partir à l’aventure avec d’autres amoureux de la nature). Un besoin qui a donné l’idée à l’entreprise de lancer ses propres itinéraires guidés !


En déléguant certaines de ses activités à sa communauté, Pauline dégage aussi un temps précieux dans son emploi du temps déjà bien chargé. Un luxe que les Community Builder doivent apprendre à s’accorder, au risque de s’épuiser rapidement ! Devenant difficiles à mobiliser et parasités par l’auto-promotion, Pauline a même fini par laisser de côté ses groupes Facebook. Cette décision lui a permis de se concentrer sur des canaux plus impactants, comme sa newsletter et le compte Instagram de Chilowé


Bonus : comment hacker Instagram pour y faire grandir sa communauté ?


Avant de se quitter, Pauline a voulu partager un dernier conseil aux Community Builder en herbe : comment hacker Instagram ! Pour créer du contenu qui marche et attire de nouveaux followers, ses secrets sont les suivants :


  • Choisir un hashtag en lien avec sa niche et aller écrire 9 commentaires sur les 9 derniers posts publiés. Un stratégie de growth hacking connue sous le nom de Dollar Eighty et qui consiste à interagir avec les autres pour créer de l'engagement ; 
  • Nourrir l'algorithme en explorant tous les types de formats. Et notamment en se positionnant parmi les premiers utilisateurs des nouvelles features, comme les Reels par exemple ;
  • Cibler les micro-influenceurs, pour attirer de nouveaux abonnés ultra-ciblés (et limiter son budget dédié au marketing d’influence) ; 
  • Créer des posts Instagram natifs plutôt que d’attendre un article de blog à partager. Cela permet d’être plus réactif, de bien travailler le copywriting de ses publications et de booster celles qui marchent. Chilowé se concentre par exemple sur les carrousels, qui permettent d’apporter une réelle valeur ajoutée. Mais aussi de désacraliser la sur-esthétisation qui peut faire peur aux marques sur IG. 


visuels du compte instagram de Chilowé
Les contenus natifs de Chilowé sur Instagram


Pour conclure, Pauline encourage tout Community Builder à commencer petit lorsqu’il s’agit de sa communauté. Une stratégie basée sur l’humilité, qui permet de s’assurer de tenir ses engagements et de produire un contenu régulier. C’est aussi une manière de se concentrer sur un canal, avant de vouloir s’étendre à d’autres plateformes ! Mais aussi, de se détacher de la peur de ne plus être centre, pour donner la parole à ses membres, et faire grandir sa marque avec eux !

🤫 Pssssst... Pour le guide complet pour apprendre comment animer une communauté, c'est par ici !

Partager cet article
https://komuno.club/blog/bonnes-pratiques-chilowe
Photo de profil de Noémie Kempf
Noémie Kempf
Content Strategist
RECEVEZ LES MEILLEURES RESSOURCES DIRECTEMENT PAR MAIL
En cliquant sur “Accepter”, vous acceptez que des cookies soient stockés sur votre appareil afin d'améliorer la navigation sur le site, d'analyser son utilisation et de contribuer à nos efforts de marketing.